Astuce : Pas de gâchis sur les Shampoings solides

Coucou 🙂

Aujourd’hui je reviens vers vous afin de vous partager une toute petite astuce qu’un des membres de l’équipe « Pachamamaï » m’avait donné il y a quelques mois déjà !

Celles et ceux qui utilisent des shampoings solides savent qu’il n’est pas toujours facile de les terminer entièrement sans avoir des petits morceaux partout, inexploitables, surtout si nous avons un minimum de volume capillaire !

Pour ma part, j’utilise en ce moment le shampoing « Cheveux gras » de chez Druydès, qui devient vers la fin cassant et un peu plus mou. J’ai donc testé cette fameuse astuce que je vais vous dévoiler, et il faut bien dire, pour ma part, que cette dernière marche très bien, et que j’en suis à un stade où je n’aurais plus utilisé mon shampoing depuis déjà quelques lavages.

Il vous suffit de farfouiller dans vos tiroirs à la recherche d’un petit sachet en Organza (ceux donné souvent avec les bijoux fantaisies…) et d’y mettre vos « restes » de shampoings cassés.

La première utilisation n’est pas forcément la plus probante, mais au fur et à mesure, les morceaux vont se coller ensemble et il va être bien plus simple pour vous de frotter le sachet sur votre cuir chevelu dans son intégralité.

Comme je vous l’ai dit plus haut, pour ma part, j’utilise désormais cette méthode afin d’arriver vraiment jusqu’à la fin du shampoing solide, et ainsi, rester dans cette démarche de no-gâchis et zéro déchet 😉

Et vous des astuces afin d’aller jusqu’au bout de nos produits solides ?

Vers le naturel et le 0 déchet : A chacun son rythme

Mon histoire concernant mon passage et mon changement d’habitude dans le domaine de la cosmétique date d’il y a une bonne dizaine d’années.

Je me souviens, me balader avant noël dans les jolies rues de Strasbourg, et tomber nez à nez devant cette magnifique boutique colorée……. LUSH !

Je suis tombée raide dingue de ces produits. Les odeurs, les couleurs, les présentations…. et puis j’ai découvert le petit logo “non testé sur les animaux”.

Quoi ? Comment ça ? Parce ce que ça n’est pas le cas partout ?

Je me suis prise une belle claque et j’ai pris conscience très rapidement de ce problème, de cette souffrance animale.

A ce moment précis, vous allez sans doute vous dire qu’un grand pas en avant avait été fait pour moi, et bien hélas pas du tout. Les chaînes Youtube beauté ont eu raison de mes bonnes résolutions, et de nombreux craquages non éthiques ont encore eu lieu par la suite. Il m’est souvent arrivé de prendre un gel douche ou un shampoing dans le rayon de mon supermarché sans me poser la question de savoir si il était testé ou non !

Il a fallut attendre encore plusieurs années, soit il y a environ 1 an et demi, avant que ce critère ne prenne une place très importante dans mes achats. Je m’y tiens au maximum, quand je ne sais pas, je n’achète pas.

Puis, on se rend compte petit à petit que “Crueltyfree” rime souvent avec produits plus naturels, marques éthiques, véganisme… Pas à pas, je me suis intéressée de plus près à d’autres critères, à la fabrication et surtout à savoir déchiffrer la composition des produits. Mes yeux se sont ouverts et mon choix s’est endurci. J’ai vu comme un consommateur peut se faire duper lorsque des marques annoncent un nouveau produit 0 % de ci, 0 % de ça, green, éthique et j’en passe, alors qu’il est bourré de perturbateurs endocriniens….

Puis est arrivé le projet de créer “Belle à la française”, la rencontre et les échanges avec des équipes passionnées et aux réelles valeurs. Le fait que l’on peut se faire belle naturellement, sans détruire la planète et ces habitants.

_______________________________

Alors aujourd’hui, j’en suis où ?

  • Tests sur les animaux :

Plus de 95 % des produits cosmétiques que nous achetons sont non testés. C’est un critère qui nous tient à cœur à mon homme et moi-même. Par contre, je ne me suis jamais débarrassée de mes anciens produits “testés”. Perso, je trouve ça totalement inutile. Le “mal” est fait lorsque nous achetons ces derniers, pas lorsque nous les utilisons. La marque a empoché son bénéfice, ce que vous faites du produit par la suite ne changera plus rien !

Sinon il va de soi que que nous ne portons jamais de fourrure et nous ne faisons jamais de spectacles qui inclus des animaux !

  • Le 0 déchet :

Nous avons bien progressé depuis la mise en ligne de la boutique.

Plus de bouteilles de gel douche, nous utilisons tous des savons SAF, plus de bouteilles de shampoings, ils sont tous en format solide. Plus de coton depuis bientôt 1 an, vive les lingettes lavables.

Par contre, nous utilisons encore des cotons-tiges jetables, des tubes de dentifrices, des couches et serviettes hygiéniques à usage unique.

Nous ne sommes pas encore au top, mais on avance et on gagne de plus en plus de place dans la douche 😉

Nous, nous sommes vraiment une famille “FLEXI” ! Nous sommes 0 déchet mais pas trop, nous prenons des produits naturels mais pas à 100 %, nous cuisinons de temps à autre, vegan, végétarien et tout à coup on se commande une pizza, on se fait un barbecue ou une raclette…

Bref, on s’améliore, on affine nos choix de plus en plus, mais nous ne devenons pas extrêmes dans notre quotidien.

Tout cela pour vous dire qu’il ne sert à rien d’être radical et dur avec soi-même dans ce domaine. Ou bien au contraire, honteux de ne pas tout faire comme il le faudrait. Chaque petit geste compte et le principal est que chacun s’y mette petit à petit, en parle autour de lui. Car c’est en s’y mettant tous que les choses peuvent évoluer dans le bon sens 🙂 !

Et vous, vous en êtes où ?

Julie

[Boutique] Comment sont emballés vos colis ?

 

Bonjour à tous 🙂

Aujourd’hui, je reviens vers vous avec un second poste concernant le fonctionnement et les coulisses de la boutique.

Lorsque l’on choisit de vendre des marques qui ont de réelles valeurs environnementales, il est logique de suivre au mieux ces valeurs afin d’être dans la continuité des engagements pris.

Sur la boutique “Belle à la française”, tous les colis ne se ressemblent pas. Certains cartons d’emballages sont récupérés quand ils sont en bon état, d’autres ont été achetés afin que je puisse démarrer avec un stock et que je puisse avoir le temps d’en récupérer d’autres. Les lettres à bulles sont également achetées neuves pour le moment.

Concernant les matériaux de calages, tout a été récupéré, il peut s’agir de papier kraft, de papier cartonné, de particules de calages, de magazines de modes, de journaux ou encore de papier bulle. Les commandes fournisseurs étant assez conséquentes, je pense en avoir récupéré assez pour tenir durant l’année à venir 🙂

Dernier point, cela concerne les bons de préparations, BL et factures. Je n’imprime aucun de ces documents, la facture est envoyée en format .pdf par mail en même temps que le numéro de suivi de colis, afin de générer le moins de déchet possible !

Si vous avez des idées, des suggestions, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires 🙂

A bientôt.

Julie

Astuces : Vers une salle de bain zéro déchet

 

Dans ce nouvel article, je vais vous donner quelques petites astuces pour progressivement, aller vers une salle de bain “zéro déchet”.

Vous verrez qu’en remplaçant petit à petit les produits du quotidien terminés, par des produits sans emballages, durables et éthiques, vous réduirez significativement vos déchets. 🙂

  • Les savons : On bannit les gels douches plein de parabens et les gros flacons en plastique. On privilégie les savons solides saponifiés à froid. Ils ne génèrent quasiment pas de déchets d’emballages. Ils sont bons pour la peau, la santé et cette méthode de fabrication ne rejette pas de produits toxiques dans les eaux usées. (Pour une durée de vie plus longue, pensez à laisser vos savons solides dans un porte-savon sans eau stagnante). Voir notre sélection.
  • Les shampoings et soins pour les cheveux : Ici pareil, plusieurs marques proposent des shampoings, combinés à des soins, solides. Ces petits galets promettent de remplacer 2 flacons de shampoings en plastique. Il y en a pour tous les types de cheveux, même les enfants, alors on se lance. Notre sélection.
  • Le démaquillage : Les disques de coton représentent une grosse quantité de déchets dans la salle de bain. On les laisse donc au placard et on opte pour les lingettes démaquillantes lavables. Énormément de marques en proposent, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les peaux. Pour le maquillage un peu plus coriace, on opte pour une huile démaquillante à utiliser simplement avec les mains, ou on ajoute un peu d’eau micellaire démaquillante à ses lingettes lavables. Notre sélection.
  • Les cotons-tiges : Ahhhhhh, les cotons-tiges, ici aussi une solution existe. Les Oriculis, disponible ici, nous viennent de Chine et du Japon. Ce petit instrument en bambou est lavable et réutilisable à vie. Il empêche également la formation de bouchon ! Ecologique, économique, il a tout pour plaire. Retrouvez les ici.
  • Le dentifrice : Ce dernier est conditionné dans un tube en plastique, qui est lui-même emballé dans un emballage carton. Donc la aussi, on opte pour les dentifrices solides qui sont conçus pour être utilisables par toute la famille grâce aux agents anti-bactériens. Notre sélection.
  • Le déodorant : La aussi il existe maintenant des déodorants solides ou crèmes qui sont naturels et sans composition controversée. Les emballages minimalistes pour les déodorants solides ou en verre pour les déodorants en crèmes génèrent bien moins de déchets que les bombe en spray. Notre sélection.

Pour vous aider à démarrer une routine “zéro déchet” dans votre salle de bain, découvrez le coffret Zéro déchet de chez LAMAZUNA ! Le cadeau idéal pour faire plaisir ou se faire plaisir tout en devenant consom’acteur !